Activity Based Performance Management ABC/ABM

Maîtriser ses coûts et parvenir à les réduire de manière régulière est un enjeu essentiel pour l’entreprise. Il s’agit aussi de pouvoir répondre aux questions stratégiques concernant les leviers d’action les plus prometteurs, les décisions à prendre en matière de gestion du portefeuille de produits ou de clients, les changements technologiques, l’opportunité d’une externalisation, etc. La gestion des coûts renvoie donc à la fois à une dimension opérationnelle, au pilotage des centres de responsabilité, et à celui des coûts de revient et des marges.

L’ABC/ABM est un outil de pilotage puissant qui permet d’améliorer et de repenser les produits, les services, les processus et l’organisation.

Activity Based Performance

ABC

L’ABC (Activity Based Costing) n’est pas une simple méthode de calcul des coûts, mais une technique de gestion de mesurer, de comprendre et de piloter la formation du coût d’une organisation à partir d’une analyse de ses processus / activités et des moyens qu’elle met à disposition.L’ABC est une brique incontournable du dispositif de management de la performance qui permet d’améliorer l’efficacité du pilotage budgétaire, d’identifier les zones d’optimisation des coûts ainsi que les maillons faibles de la chaîne de valeur.

ABM

L’ABM (Activity Based Management) permet simultanément, à partir de l’analyse des activités, de construire un modèle de mesure et de gestion de la performance.

L’ABM (Activity Based Management) permet simultanément, à partir de l’analyse des activités et des résultats de l’ABC, de construire un modèle de mesure et de gestion de la performance :

  • Fixation des objectifs opérationnels et définition des indicateurs de mesure correspondants (productivité, indicateurs d’efficacité de l’organisation centrés sur la création de valeurs, indicateurs qualitatifs comme la qualité du service rendu vis-à-vis de clients
  • Analyses comparatives et de positionnement

 

Une première solution pour la mise en œuvre d’un modèle ABC/M est l’utilisation d’un développement spécifique ou d’une application de type tableur. Cette solution est adaptée pour la mise en œuvre d’un modèle simple ou pour une phase d’expérimentation, mais elle se montre lourde et complexe pour un modèle élaboré. La maintenance devient vite difficile et onéreuse, avec de surcroît un risque de perte ou d’altération des informations.

Pour les organisations utilisant un ERP, une deuxième solution consiste à intégrer le modèle ABC/M dans l’ERP existant. Cette seconde solution peut, dans certains cas, présenter des avantages en termes de coûts de mise en œuvre. En revanche, elle présente très vite des limites du fait des fonctionnalités offertes par l’ERP pour les allocations complexes (du type réallocation de coûts, gestion des services partagée…). De plus, les modules ERP sont interconnectés et basés sur des enregistrements transactionnels : le modèle d’allocation est dépendant des autres modules et devient alors peu flexible et inadapté à la simulation des coûts. Enfin, rappelons que certaines données nécessaires au modèle ABC/M sont des données externes et n’existent pas forcément dans l’ERP.

C’est principalement les contraintes des deux solutions ci-dessus qui incitent les organisations à opter pour un troisième choix : l’utilisation d’un outil spécifique basé sur les « best practices » de la méthodologie ABC/M.

Notre offre :

Nos partenaires Cost & Performance et Bouassida &Associés vous proposent des offres sur mesure :

 

Notre partenaire Cost & Perofrmance